Développez votre
patrimoine en toute sérénité

Réduire l’impôt sur le revenu

Réduire l’impôt sur le revenu est une préoccupation majeure pour de nombreux contribuables, car cet impôt constitue une part essentielle du financement des services publics et des politiques gouvernementales dans de nombreux pays. L’impôt sur le revenu, en tant qu’impôt progressif, joue un rôle crucial dans la redistribution des richesses et la réduction des inégalités économiques, car il tient compte de la capacité financière de chaque contribuable.

Votre simulation

Gratuite & sans engagement

L’impôt englobe diverses sources de revenus, allant des salaires et traitements de placements, aux gains en capital et à d’autres formes de revenus perçus au cours de l’année fiscale.

Pour ceux qui cherchent à réduire leur impôt, découvrons ensemble les stratégies et les solutions couramment utilisées. Que vous soyez un particulier ou un professionnel, laissez-nous vous conseiller et vous guider afin que vous puissiez investir dans l’épargne, réaliser des économies au niveau global de votre foyer, soutenir la société par le biais de dons aux organismes d’intérêt public, et ainsi maximiser les avantages fiscaux qui peuvent être directement appliqués à votre situation financière.

Découvrez toutes les possibilités qui s’offrent à vous !

Comment se calcule l'impôt sur le revenu ?

Le calcul de l’impôt sur le revenu est un processus en trois étapes qui repose sur le revenu net imposable de chaque contribuable. Cette démarche essentielle permet de déterminer la contribution financière que chaque individu doit verser à l’État en fonction de ses revenus.

1

Diviser le revenu net imposable par le nombre de parts du quotient familial

La première étape consiste à calculer le revenu net imposable, qui sert de base au prélèvement fiscal. Ce calcul prend en compte diverses sources de revenus, y compris les salaires, les gains en capital, les revenus de placements, et d’autres formes de revenus perçus au cours de l’année fiscale. Il peut également inclure les déductions et exonérations auxquelles le contribuable pourrait être éligible, contribuant ainsi à abaisser la base fiscale.

2

Appliquer au résultat le barème progressif de l'impôt sur le revenu

La deuxième étape implique l’application du barème progressif de l’impôt sur le revenu, fixé par l’administration fiscale française. Ce barème divise le revenu net imposable en tranches, chaque tranche ayant un taux d’imposition différent. Plus le revenu est élevé, plus le taux d’imposition est élevé. Cette méthode vise à garantir une contribution fiscale équitable en fonction de la capacité financière de chaque contribuable.

3

Multiplier le résultat obtenu par le nombre de parts du parts du quotient familial pour obtenir le montant final

Une fois que vous avez calculé l’impôt correspondant à chaque tranche de revenu, vous additionnez ces montants pour obtenir le montant total de votre impôt sur le revenu. Ensuite, vous multipliez ce montant par le nombre de parts de quotient familial que vous avez déterminé à l’étape 1.

La troisième étape se rapporte au versement effectué par chaque contribuable dans le cadre de son plan de paiement de l’impôt sur le revenu. Ce versement peut être effectué de manière individuelle ou commune, selon la situation familiale du contribuable. De plus, il existe la possibilité de défiscalisation grâce à certaines mesures, telles que les investissements dans l’épargne ou les dons à des organismes d’intérêt public, qui peuvent réduire le montant à payer.

Le résultat final représente le montant de l’impôt sur le revenu que vous devez payer.

Il est important de noter que ce processus peut varier en fonction des spécificités fiscales de chaque pays, et des règles fiscales en vigueur à une année donnée. De plus, des réductions d’impôts, des crédits d’impôts et d’autres éléments peuvent également influencer le montant final de l’impôt sur le revenu à payer. Par conséquent, il est recommandé de consulter un expert fiscal pour obtenir des conseils précis concernant le calcul de l’impôt sur le revenu.

Quel est le pourcentage d'impôt sur le revenu ?

Le pourcentage d’impôt sur le revenu, en 2023, est déterminé en fonction des tranches du barème fiscal, qui ont été révisées pour refléter les évolutions économiques récentes. À partir du 1er janvier 2023, ces tranches ont été ajustées de manière à prendre en compte les variations des prix à la consommation, excluant les produits du tabac, entre 2022 et 2021.

Cette mise à jour du barème fiscal a été établie conformément à la loi de finances pour l’année 2023.

Il est essentiel de comprendre que ce barème joue un rôle crucial dans le calcul de l’impôt sur le revenu pour l’année 2023, basé sur les revenus que vous avez perçus au cours de l’année 2022. Les tranches du barème sont essentiellement des catégories de revenus, chacune soumise à un taux d’imposition spécifique.

calculette avec des lunettes et des feuilles

La revalorisation de ces tranches de revenus de 5,4 % vise à prendre en compte l’inflation et les fluctuations économiques, de manière à maintenir l’équité fiscale. En d’autres termes, cette mesure vise à garantir que les contribuables ne voient pas leur charge fiscale augmenter simplement en raison de l’augmentation générale des prix, mais plutôt en fonction de la croissance de leurs revenus réels.

Ainsi, pour déterminer le pourcentage d’impôt sur le revenu que vous devrez payer en 2023, il vous faudra identifier dans quelle tranche de revenu vous vous situez en fonction de votre revenu net imposable de l’année 2022. Chaque tranche sera alors soumise à un taux d’imposition spécifique, tel que défini dans le barème révisé. Le montant total d’impôt que vous devrez verser sera calculé en additionnant les impôts dus pour chaque tranche, conformément à ces taux.

 

Fraction du revenu imposable (pour une part)

Taux d’imposition à appliquer sur la tranche

Jusqu’à 10 777 €

0 %

De 10 778 € à 27 478 €

11 %

De 27 479 € à 78 570 €

30 %

De 78 571 € à 168 994 €

41 %

Supérieur à 168 994 €

45 %

Que peut-on déduire des impôts sur le revenu ?

Lorsque vient le temps de remplir votre déclaration d’impôts sur le revenu, il est essentiel de connaître les différentes déductions fiscales auxquelles vous pourriez avoir droit. Les déductions permettent de réduire le montant de votre revenu imposable, ce qui peut entraîner une diminution significative de votre impôt sur le revenu.

Voici un aperçu des principales catégories de déductions que vous pourriez être en mesure de réclamer, en fonction des lois fiscales de votre pays :

Dépenses professionnelles

Si vous avez des frais professionnels non remboursés par votre employeur, vous pourriez être en mesure de les déduire de votre impôt sur le revenu. Cela peut englober une gamme de dépenses liées à votre travail, telles que les frais de déplacement, les dépenses liées au télétravail (home office), ou l’achat de matériel et de fournitures nécessaires à l’exercice de votre profession.

bureau de télétravail
homme chez le dentiste

Déductions pour les frais de santé

Dans certains pays, les frais médicaux et dentaires que vous avez engagés au cours de l’année fiscale et qui ne sont pas remboursés par une assurance maladie peuvent être déductibles, à condition qu’ils dépassent un certain seuil.

Cotisations à un régime de retraite

Les cotisations que vous versez à certains régimes de retraite ou épargne retraite peuvent être déductibles de votre revenu imposable, ce qui peut vous offrir une aide considérable pour épargner à l’avenir.

un homme et une femme assis sur un canapé qui rigolent
plusieurs personnes qui empilent leur mains les unes sur les autres

Dons à des œuvres de bienfaisance

Les dons que vous faites à des associations reconnues peuvent être déductibles de l’impôt sur le revenu, souvent jusqu’à un certain pourcentage de votre revenu imposable. Cela encourage la philanthropie en récompensant les contribuables qui soutiennent des causes importantes.

Frais de garderie d'enfant

Dans certains pays, les frais de garde d’enfant sont déductibles des impôts, ce qui peut alléger la charge financière des familles qui travaillent.

garderie enfant
enfants qui lèvent le bras dans une salle de classe

Frais d'éducation

Les frais liés à l’éducation, tels que les frais liés au soutien scolaire par exemple, les intérêts des prêts étudiants ou les frais de formation professionnelle, peuvent être déductibles dans certaines conditions, favorisant ainsi l’accès à l’éducation et la formation continue.

Pertes financières

Si vous subissez des pertes sur des placements, des biens immobiliers ou des revenus provenant d’une activité indépendante, il est souvent possible de les déduire ou de les reporter pour compenser les gains futurs, contribuant ainsi à atténuer les pertes financières.

piles de pièces posées sur des feuilles de comptabilité
déménagement

Frais de déménagement

Lorsque vous déménagez pour des raisons professionnelles, certains frais de déménagement peuvent être déductibles, facilitant ainsi les transitions liées à votre carrière. De même, certains frais liés au ménage, au jardinage ou autre type d’entretien de maison peuvent être soumis à une défiscalisation.

Comment ne pas payer d'impôts sur le revenu ?

Pour réduire légalement l’impôt sur le revenu, il existe plusieurs dispositifs fiscaux en France comme le dispositif Malraux et Censi-Bouvard, l’investissement dans les PME, les dons aux organismes d’intérêt général, l’emploi d’un salarié à domicile, les frais de scolarité, la souscription au capital d’une Société de Financement de l’Industrie Cinématographique et Audiovisuelle ou encore les dépenses liées aux équipements pour les personnes handicapées.

Les deux moyens les plus connus pour considérablement réduire l’impôt sur le revenu sont le dispositif Girardin et la loi Pinel.

Grâce aux conseils de la Financière du Patrimoine, offrez-vous la possibilité d’épargner et de défiscaliser !

Le dispositif Girardin Industriel, également connu sous le nom de placement Girardin, offre une opportunité unique aux investisseurs de réduire significativement leur impôt sur le revenu, parfois même de manière plus importante que le montant initial de leur investissement.

Ce dispositif fiscal français a été conçu pour encourager l’investissement dans les départements et territoires d’outre-mer (DOM-TOM). L’objectif principal est de stimuler le développement économique et social de ces régions éloignées de la France métropolitaine en favorisant les investissements dans des biens d’équipement ou de logements sociaux.

Le dispositif Girardin se décline en deux types principaux :

1. Le Girardin Industriel : Il s’adresse aux investisseurs qui financent l’acquisition de biens d’équipement destinés à des entreprises exerçant une activité industrielle, commerciale, artisanale ou agricole dans les DOM-TOM. Les investisseurs peuvent bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu proportionnelle au montant de leur investissement. Cette réduction peut être répartie sur plusieurs années, ce qui permet de réduire efficacement l’impôt dû.

2. Le Girardin Social : Ce volet du dispositif est axé sur le logement social dans les DOM-TOM. Les investisseurs qui financent la construction ou l’acquisition de logements sociaux peuvent également bénéficier d’une réduction d’impôt sur le revenu. Cette incitation fiscale vise à répondre aux besoins en logement social dans ces régions éloignées.

L’une des stratégies fiscales les plus couramment utilisées dans certains pays, telle que la France, est la loi Pinel, une initiative gouvernementale introduite en 2014 pour encourager l’investissement dans le secteur de la location et de la construction de logements neufs.

Le principe fondamental de la loi Pinel est de créer une incitation fiscale pour les investisseurs qui choisissent d’acquérir des biens immobiliers neufs ou en cours de construction dans le but de les mettre en location. Cette initiative vise à répondre à la demande croissante de logements dans des régions spécifiques en encourageant la construction de nouvelles unités résidentielles.

Concrètement, la loi Pinel offre une réduction d’impôt sur le revenu aux contribuables qui investissent dans des biens immobiliers éligibles. Pour bénéficier de cette réduction, l’investisseur s’engage à louer le logement pour une durée déterminée, généralement de 6, 9 ou 12 ans. Le montant de la réduction d’impôt dépend du montant investi et de la durée de la location. Plus l’engagement de location est long, plus la réduction d’impôt est substantielle.

Cette stratégie permet aux contribuables de réduire légalement leur impôt sur le revenu en investissant dans le marché immobilier locatif, tout en contribuant à la création de nouveaux logements dans des zones où la demande est élevée. Cependant, il est important de noter que la loi Pinel est soumise à des conditions spécifiques et à des plafonds de loyer, et tous les biens immobiliers ne sont pas éligibles.

Foire Aux Questions

En 2023, le plafond du revenu net imposable ne doit pas excéder 16 372 euros pour un contribuable célibataire. Pour un couple sans enfant, représentant deux parts fiscales, le revenu net imposable ne doit pas dépasser 30 558 euros.

Pour déterminer si vous êtes assujetti au paiement de l'impôt sur le revenu, vous devez suivre quelques étapes générales en fonction des lois fiscales de votre pays. Suivez les étapes suivantes pour évaluer votre situation fiscale :

  1. Calculez votre revenu annuel : commencez par recenser tous vos revenus au cours de l'année, qu'il s'agisse de votre salaire, de bénéfices d'une entreprise individuelle, de revenus locatifs, de pensions de retraite ou d'autres sources de revenus imposables.
  2. Tenez compte des déductions et crédits d'impôt : dans de nombreux pays, des déductions et crédits d'impôt sont disponibles pour réduire votre revenu imposable. Ces avantages fiscaux peuvent concerner diverses dépenses, comme les frais médicaux, les cotisations à des régimes de retraite spécifiques et certaines prestations sociales.
  3. Déterminez votre tranche d'imposition : consultez les barèmes d'imposition en vigueur dans votre pays pour déterminer le taux d'imposition applicable à votre revenu. Les tranches d'imposition varient d'un pays à l'autre et peuvent également dépendre de votre situation géographique.
  4. Prenez en compte les abattements et exonérations : certaines catégories de revenus peuvent être exonérées d'impôt, tandis que d'autres peuvent bénéficier d'abattements. Votre situation personnelle, telle que votre état civil (célibataire, marié, pacséé, conjoint, divorcé, avec ou sans enfants), peut également influencer ces ajustements fiscaux.
  5. Effectuez une simulation : pour obtenir une réponse précise, utilisez des simulateurs en ligne proposés par les autorités fiscales de votre pays. Ces outils vous permettront de déterminer si vous avez une obligation fiscale et d'estimer le montant de l'impôt sur le revenu que vous pourriez devoir.

En ce qui concerne la déclaration d'un héritage aux impôts sur le revenu, il est essentiel de noter que, en France, vous n'êtes pas tenu de déclarer spécifiquement un héritage sur votre déclaration de revenus.

Design sans titre 7 1 1280x640 impot

Quel revenu pour louer en loi Pinel ?

Afin de bénéficier de la réduction d’impôt que permet le dispositif Pinel, il est nécessaire de suivre des conditions bien précises dont le fait de ...
Lire la suite →
Design sans titre 5 1 1280x640 impot

Comment fonctionne la loi Pinel ?

Si vous avez pour projet d’investir dans du locatif immobilier neuf dans le but de bénéficier depuis le 1er septembre 2014 des avantages liés au ...
Lire la suite →
Design sans titre 3 2 impot

Quand investir dans le Girardin ?

Vous recherchez un investissement pour les années à venir ? La loi Girardin est peut-être celle qui va vous permettre de faire fructifier votre placement ...
Lire la suite →
Noter cette page
Vous êtes prêt à investir ?

Trouvez le placement idéal en moins d'une minute !

Définissez votre projet en quelques minutes grâce à notre questionnaire en ligne, et découvrez le meilleur placement, selon vos besoins.

logo la financiere 2